La Caritas du Diocese de Gikongoro dans la lutte contre le VIH/SIDA et la drogue dans la Jeunesse

Face à l’ampleur et la persistance de la contamination au VIH/SIDA qui est grandissante au niveau de la jeunesse rwandaise, plusieurs mouvements et associations de lutte contre ce fléau sont nées, parmi les quelles on peut citer le club Anti-Sida qui a pour but de faire connaître le SIDA et ses méfaits en vue de prévenir de ce fléau la population en général et la jeunesse rwandaise en particulier.

C’est dans ce cadre, que la Caritas Diocésaine a organisé les compétitions de lutte contre le VIH/SIDA ce jeudi le 3 Septembre 2015 au niveau de la Paroisse Cathédrale de GIKONGORO. 37 membres du club Anti-Sida y ont participé, y est présent quelques curieux et désireux de devenir membres.

Les compétitions se sont faites en 4 domaines: Les poèmes, les dances, les chansons et les comédies. A part du but principal de faire connaître les méfaits du VIH/SIDA, elle visait aussi la lutte contre la drogue dans la jeunesse.

La Caritas Diocésaine dans son projet de “renforcement des mesures de prévention de VIH/SIDA dans la jeunesse de Gikongoro”, financé par MISSIO Autriche, travaille dans les 5 paroisses à savoir: Paroisse Cathédrale de Gikongoro, Paroisse Mbuga, Quasi-Paroisse Kitabi, Paroisse Kibeho et la Paroisse Muganza. A ces Paroisses s’ajoutent les jeunes du camp des réfugiés congolais de Kigeme. Ce qu’a été fait aujourd’hui, c’est à dire la phase éliminatoire, se feront dans d’autres Paroisses et au camp des réfugiés de Kigeme, pour ne faire que la compétition inter-clubs des clubs représentant ces Paroisses après.

La remise des prix: 4 ont pu gagner leurs prix, chacun d’eux a reçu une enveloppe contenant ce qui lui valait compte tenu de la cotation de l’équipe qui en avait en charge et aussi compte tenu de l’énergie dépensée.

Après la compétition et la remise des prix aux gagnants, les jeunes ont eu une occasion d’éclater leurs joies par les dances diverses.

Conclusion

La gravité du problème causé par le VIH/SIDA, ainsi que la consommation des drogues chez les jeunes contribuent à détruire la jeunesse, à accroître les charges sociales des familles, des collectivités et des pouvoirs publics. Et c’est l’Eglise qui en souffre beaucoup. Lutter contre le VIH/SIDA et la drogue pour et par les jeunes, c’est sauvegarder les ressources humaines, les ressources matérielles et financières pour le plein épanouissement social de tous. C’est préserver l’Eglise contre un tas de problèmes issus de ces fléaux

Abbé Jean Claude KAMARAMPAKA

Catégories :