Le Pape aux évêques en formation

La proximité avec les prêtres, une priorité du Pape pour les évêques en terres de mission

(RV) Le Pape François a reçu ce vendredi matin les évêques participant au séminaire de formation organisé par la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, qui se tient à Rome jusqu’au 17 septembre. Devant une centaine d’évêques ordonnés ces deux dernières années dans les « terres de mission », c’est-à-dire essentiellement les diocèses de l’hémisphère sud, le Pape est revenu notamment sur l’importance de la disponibilité des évêques vis-à-vis des prêtres de leurs diocèses.

«Prendre soin du troupeau, aller à la recherche des brebis, spécialement celles les plus lointaines ou égarées, rechercher de nouvelles modalités pour l’annonce, pour aller à la rencontre des personnes, aider ceux qui ont reçu le don du baptême à croître dans la foi, pour que les croyants, aussi ceux qui sont tièdes ou non pratiquants, découvrent à nouveau la joie de la foi et une fécondité évangélisatrice» : c’est en s’appuyant sur son exhortation apostoliqueEvangelii Gaudium que le Pape François s’est adressé aux évêques de territoires de mission pour les encourager dans leurs responsabilités,  qui consiste parfois à trouver une cohésion entre des petites communautés isolées et minoritaires.

L’évêque doit toujours «encourager, accompagner et stimuler toutes les tentatives et les efforts qui se font déjà pour maintenir vive l’espérance et la foi». En sortant de son texte, François a insisté sur l’importance de la proximité de l’évêque pour ses prêtres, comme lui essayait de le faire à Buenos Aires. «Chaque prêtre doit sentir la proximité de son évêque. Quand un évêque entend un appel téléphonique du prêtre, ou reçoit une lettre, il doit répondre tout de suite, tout de suite, le jour même ! Cette proximité doit commencer au séminaire, dans la formation, et se poursuivre. Le prochain le plus proche de l’évêque est le prêtre», a martelé le Pape, plusieurs fois.

François a aussi développé une improvisation sur les deux armes du diable : l’argent et les divisions. «Le diable entre par les poches et détruit avec la langue», a lancé le Pape, revenant une nouvelle fois sur le «terrorisme des bavardages». Il a insisté aussi sur l’importance de dépasser, dans l’Église, les divisions ethniques et tribales. «Avec la grâce de Dieu, la prière, la pénitence», on peut résoudre les défis les plus difficiles et construire l’unité et la communion, a rappelé le Pape François.

(CV)

 

 

Source: News.va

 

Catégories :